Observatoire AURADE

Observatoire AURADE

Contexte scientifique

L’observatoire est constitué du bassin versant du Montoussé à Auradé (3,28 km²), sous-affluent de la Save. Il est situé à 40 km à l’Ouest de Toulouse, dans les coteaux de Gascogne au sud-ouest de la France. Il s’agit d’un bassin entièrement agricole, les cultures (blé/tournesol en rotation) occupant 90 % de sa surface. Le climat est de type tempéré océanique (avec des températures moyennes de 13,9°C, des précipitations moyennes de 621 mm/an pour la période 1985-2018. Les périodes de crues ont lieu en hiver (décembre/janvier) et au printemps (mai/juin) avec une période d’étiage allant de fin juin à octobre, avec parfois des périodes d’assèchement. Ce bassin versant est caractérisé par une forte évapotranspiration (500-600 mm/an). Le bassin est développé sur une molasse argilo-calcaire du Miocène qui provient de l’érosion des Pyrénées. Les sols appartiennent à la séquence sols bruns calcaires-bruns calciques-bruns lessivés.

Résumé

Année de départ : 1983

Localisation : 40 km à l’ouest de Toulouse, coteaux de Gascogne au sud-ouest dans le Sud de la France

Mots clés : climat océanique, formations marno-calcaires, agrosystèmes, hydrologie, biogéochimie

Base de données : en cours d’élaboration (OMP-SEDOO)

Site web :  https://bvea.sedoo.fr/

Responsables : Jean-Luc PROBST et Anne PROBST

Vue d'ensemble du bassin versant d'Auradé
Vue d’ensemble du bassin versant d’Auradé © aprobst

Questions scientifiques

La question scientifique ayant conduit à la mise en place de l’observatoire est l’impact des activités agricoles (occupation des sols, pratiques agricoles, apports de fertilisants, produits phytosanitaires) et du changement climatique sur la qualité de l’eau et des sols. Des bilans de matières dissoutes et particulaires d’origine naturelle et anthropique et des modélisations des transferts de ces matières sont établis pour :

  • Analyser et évaluer l’impact des dispositifs et mesures agro-environnementales sur l’érosion physique et chimique des sols et de la molasse, la qualité des eaux, des sols et sédiments et des écosystèmes aquatiques dans un contexte de changement climatique.
  • Simuler des scénarios de qualité des eaux et des milieux aquatiques en réponse au changement climatique, à des changements d’occupation des terres et des pratiques agricoles
  • Définir des indicateurs biologiques pertinents sur l’état de santé des écosystèmes aquatiques et la réponse des écosystèmes aux pressions anthropiques.

Sites et variables mesurées

L’instrumentation est constituée :

  • À l‘intérieur du bassin versant: d’une station météorologique complète, de deux collecteurs pour la chimie (éléments majeurs) et l’isotopie (2H et 18O) des précipitations, de 4 plaques lysimétriques permettant de collecter les solutions de sol à différentes profondeurs à mi-versant, de 3 piézomètres (le long d’un versant) ;
  • À l’exutoire du bassin : d’une station de jaugeage équipée d’un limnigraphe, de deux sondes multi-paramètres  pour la mesure en continu de paramètres physico-chimiques et des matières en suspension, de deux pièges à sédiments en crue (fond et surface), de deux préleveurs automatiques, l’un prélevant l’eau quotidiennement et l’autre selon les variations de hauteur d’eau pour échantillonner les crues. Ce parc instrumental permet la collecte de données hydrogéochimiques : cations et anions majeurs, alcalinité, silice dissoute, nutriments, pH, conductivité, carbone organique dissous, turbidité et matières en suspension, isotopes de l’eau, et du carbone, occasionnellement isotope de l’azote, éléments traces et pesticides.

Une tour à flux de l’Observatoire Spatial Régional (OSR, CESBIO) est installée à proximité du bassin versant.

En complément, depuis 2006, des suivis hydrochimiques similaires sont effectués sur la Save à l’exutoire du bassin (1100 km2), à la station de Larra dans le cadre de la ZA PYGAR.


Exutoire du bassin versant (station de jaugeage, sonde multiparamètre, préleveurs automatiques, pièges à sediments)
Exutoire du bassin versant (station de jaugeage, sonde multiparamètres, préleveurs automatiques, pièges à sédiments) © jlprobst
Collecte des solutions de sols gravitaires par plaques lysimétriques en milieu de versant
Collecte des solutions de sols gravitaires par plaques lysimétriques en milieu de versant © aprobst
Station météorologique et collecteur de précipitations pour l'analyse chimique et isotopique (réseau RENOIR)
Station météorologique et collecteur de précipitations pour l’analyse chimique et isotopique (réseau RENOIR) © aprobst

Partenaires et informations complémentaires

L’observatoire d’Auradé est piloté par le laboratoire Écologie Fonctionnelle et Environnement, CNRS-Université de Toulouse, en collaboration avec GPN/TOTAL jusqu’en mai 2011, et en partenariat avec d’autres laboratoires toulousains (CESBIO, GEODE) et bordelais (EABX, ETBX de l’INRAE). Des liens étroits existent par ailleurs avec le Groupement des Agriculteurs de la Gascogne Toulousaine (GAGT), ainsi que des partenaires socio-économiques (coopératives agricoles, Chambres d’Agriculture) et des collectivités territoriales (Commune Auradé, Département du Gers, Région Occitanie). Ces collaborations permettent le développement de recherches et une gestion opérationnelle pour une amélioration de la qualité des sols, des sédiments et des eaux et une préservation de la santé des écosystèmes.

Rechercher