JOURNÉES ANNUELLES OZCAR 2019

JOURNÉES ANNUELLES OZCAR 2019

Les journées de l’IR OZCAR se sont tenues aux Balcons du Lac d’Annecy (Sévrier), du 18 au 20 mars 2019. Elles ont rassemblé près de 80 participants.

Le thème des journées : la cryosphère

3ème journées OZCAR, Lac d’Annecy, 18 au 20 mars 2019. © OZCAR

Les journées ont permis les invitations de deux grands témoins : Samuel Morin, du Centre d’Etudes de la Neige, CEN, qui a présenté les initiatives internationales sur la cryosphère. Les interventions de Paolo Laj et Isabelle Domaizon ont permis de faire un état de l’art de l’infrastructure de recherche ACTRIS (https://www.actris.fr/) et de l’Observatoire régional des lacs Alpins OLA basé à Annecy (https://www6.inra.fr/soere-ola)

Ces journées se sont organisées autour de 5 temps forts :

  • Un bilan des activités menées dans l’IR OZCAR sur l’année écoulée et des ateliers autour du WP2 Interface données – modèles et du WP3 Instrumentation ;
  • Le lancement du WP4 Thèmes transverses avec la présentation et la discussion des propositions reçues en réponse à l’appel à idée lancé en amont des journées ;
  • Un focus scientifique autour de la cryosphère incluant des exposés en salle et une visite de terrain des installations du Col de Porte ;
  • Une ouverture vers d’autres dispositifs proches de l’IR OZCAR : l’Infrastructure de Recherche ACTRIS (Aerosol, Clouds and Trace Gases) et l’Observatoire des Lacs Alpins (OLA) avec la présentation de ces deux structures ;
  • La remise du premier prix des OZCAR qui a récompensé deux publications emblématiques de la zone critique portées par Clément Duvert et Bastien Wild.

Principaux points à retenir des journées

L’IR OZCAR est de plus en plus visible dans le paysage national et international, notamment via son intégration dans l’IR européenne eLTER en 2018, la participation à la mise en place d’un appel d’offre du Belmont Forum sur la thématique « Sustainability of soil and groundwater ». Au niveau national, la communauté OZCAR s’est fortement mobilisée sur la proposition de thèmes transverses, avec une réponse très favorable à cet appel. Le début de plusieurs de ces thèmes est susceptible de stimuler les échanges au sein de la communauté.

D’autres actions transversales contribuent à ces collaborations au sein de l’IR OZCAR :

  • Le travail effectué pour construire le système d’information commun Theia/OZCAR qui exposera sur un portail de données unique les données recueillies dans les observatoires de l’IR OZCAR ;
  • Le recrutement de deux postdoctorants qui créent une dynamique dans la communauté. Les travaux de Sylvain Pasquet, qui met en œuvre les instruments CRITEX depuis 2018 sur différents observatoires, en sont un bon exemple et ceux de Sylvain Kuppel qui a commencé son post-doctorat en mai 2019 en modélisation des zones critiques devraient créer une dynamique similaire autour de la modélisation et progresser vers une vision commune sur la représentation des zones critiques.

Comme nous l’avons observé lors des précédentes réunions de l’IR OZCAR, les collègues ont apprécié de se rencontrer pour des visites de terrain permettant des discussions informelles et amicales, contribuant ainsi au développement et au succès du travail transversal et collaboratif.

En outre, l’intégration dans eLTER-RI, dont le miroir français est eLTER France, incluant les IRs OZCAR et Zones Ateliers (RZA), favorisera de nouveaux échanges en vue d’harmoniser la surveillance des sites et les protocoles et l’émergence de synergies pour traiter la science des zones critiques des écosystèmes.

Focus sur la cryosphère

Le Centre National de Recherche Météorologique (CNRM). © OZCAR

La cryosphère était à l’honneur des journées OZCAR à Annecy avec trois présentations couvrant des aspects complémentaires du travail effectué sur la cryosphère :

  • Samuel Morin (Directeur du CEN) a donné un aperçu des initiatives internationales autour de la cryosphère, avec une perspective historique sur la formation d’une communauté indépendante et ses liens avec la communauté climatique. Ces communautés sont actives dans la bancarisation de données cryosphériques, la normalisation d’un vocabulaire commun et des protocoles partagés ;
  • Antoine Rabatel a présenté comment la télédétection est utilisée par la communauté de la cryosphère pour documenter et spatialiser différentes informations qui restent fragmentées lorsqu’elles proviennent uniquement de données in situ. Les différents capteurs disponibles permettent de cartographier la couverture de neige, la hauteur de neige, certaines propriétés physiques de la neige, les débits des glaciers rocheux (pergélisol), et pour les glaciers, la télédétection permet de cartographier les variations de volume, de ligne de neige, d’albédo et de débit des glaciers ;
  • Thomas Condom a illustré les travaux sur la zone critique cryosphérique et les conséquences des changements des glaciers sur les ressources en eau au travers de deux exemples: l’un dans la vallée de l’Arve où un projet a permis une meilleure documentation des précipitations, la caractérisation des débits de sous-bassins plus ou moins englacés et le développement d’un modèle hydrologique du bassin de l’Arve. L’autre étude de cas concerne l’Équateur, avec le glacier d’Antisana, dont le bassin versant fournit de l’eau potable à la ville de Quito. Là encore, une modélisation hydrologique a été mise en place et évaluée à partir des données disponibles afin d’étudier différents scénarios pour l’évolution des ressources en eau.

Visite d’un observatoire de CRYOBS-CLIM/OZCAR

La visite de terrain au Col de Porte a permis de découvrir le parc instrumental de Météo-France, qui fournit depuis plus de 60 ans des informations détaillées sur la couverture neigeuse et de visiter le site d’étude sur l’impact de la végétation sur la couverture neigeuse (projet SNOUF : Snow under Forest). Ces visites ont été complétées par une présentation des travaux sur les avalanches et de la base de données gérée par INRAE, illustrée par le corridor avalancheux de Chamechaude ; ainsi que par des présentations en salle sur les mesures de la neige et des glaciers et un projet visant à prévoir les inondations de l’Arve.

Le prix des OZCAR 2019

La remise du premier prix des OZCAR a récompensé deux publications emblématiques de la zone critique portées par Clément Duvert et Bastien Wild :

Plus d’informations sur la page des Prix OZCAR

Rechercher