OZCAR, un réseau de réseaux

OZCAR regroupe des sites hautement instrumentés pour réaliser des mesures à long terme des paramètres biologiques, chimiques et physiques des eaux souterraines, fluviales, glaciaires, des sols et des zones humides en France et des territoires d’outre-mer comme les Caraïbes tropicales et la Réunion.

OZCAR possède également des sites d’observation dans 18 pays en Afrique du Nord et de l’Ouest, Asie du Sud-Est, Inde, Amazonie, les Andes, Arctique, Antarctique et en Himalaya.

Les sites d’observation d’OZCAR dans différents contextes climatiques, géologiques, anthropiques…et  à différentes échelles

Distribution des observatoires des bassins versants d’OZCAR présentant un large éventail de conditions environnementales (variables climatiques et lithologiques avec indication de l’utilisation des sols).

OZCAR est dotée d’une large palette d’observations permettant d’étudier la zone critique dans différents contextes :

  • climat (océanique, continental, montagneux, méditerranéen, tropical, polaire)
  • lithologie (granites, schistes, formations volcaniques, calcaires et bassins sédimentaires)
  • utilisation des terres / couverture des terres (forêts tropicales, méditerranéennes, montagneuses, agriculture plus ou moins intensive, tourbières, zones urbanisées, zones de neige et de glace)

Les sites d’observation d’OZCAR explorent différents compartiments de la zone critique

Les observatoires d’OZCAR sur un continuum de terre à mer

Chaque observatoire se concentre sur un ou plusieurs composants de la zone critique. OZCAR couvre la plupart des compartiments de la ZC latéralement et verticalement, des montagnes aux zones côtières.

Les observatoires d’OZCAR réalisent des observations long-terme et répondent à une même question générale : comment suivre, décrire et simuler l’adaptation de la Zone Critique à une planète changeante (climat, occupation des sols, pratiques).